Auto-entrepreneur : comment se faire accompagner ?

Actuellement, des investisseurs choisissent de créer leur propre entreprise : ce sont les auto-entrepreneurs. Cependant, face à la complexité des formalités administratives, ils ont besoin d’être accompagnés. Cet accompagnement a pour but de les faire entrer dans le secteur formel.

Comment se faire accompagner ?

Plusieurs entrepreneurs demandent des accompagnements pour la création de leur entreprise, particulièrement les auto-entrepreneurs. Dans la pratique, cette assistance peut porter sur divers points tels que l’établissement de l’organigramme, et la gestion du projet. C’est ainsi que des mesures d’encadrement ont été mises en œuvre, dans le but de développer les micro-entreprises. Celles-ci se manifestent par des guides qui évoluent suivant les activités de la société. De même, les échanges d’expériences entre les anciens et les nouveaux acteurs contribuent à améliorer cette méthode de travail. Cependant, des réseaux d’aide aux entrepreneurs, notamment les agences de création d’entreprise sont ouverts, afin que les débutants puissent bénéficier des meilleurs conseils.

Par ailleurs, si vous souhaitez vous lancer dans ce domaine, vous pourrez être accompagné par un expert-comptable pouvant mettre à votre disposition, des plans de gestion simples, efficaces et faciles à mettre en œuvre.

Les avantages de l’auto-entreprenariat

En général, le statut d’auto-entrepreneur a été créé, afin de faciliter la création d’une entreprise. Ainsi, les formalités administratives ont été simplifiées, et dans certains cas, elles sont gratuites. En effet, les pièces à fournir sont limitées car il n’y a pas à établir des statuts de société, et une simple déclaration suffit.  De plus, cette activité ne nécessite qu’un minimum d’investissement. Concernant la comptabilité, les micro-entreprises ne sont pas obligées d’établir un bilan. Dans ce cas, la tenue d’un livre de recette, la fourniture des factures aux normes ainsi que la conservation des diverses pièces justificatives peut suffire.

Pour ce qui est du régime fiscal, les micro-entreprises bénéficient de la franchise en base de TVA. En effet, cette taxe est exonérée si les chiffres d’affaires se situent en dessous du seuil. Par ailleurs, les entrepreneurs ont le choix de payer les diverses cotisations et contributions sociales par mois ou par trimestre.

Quelques inconvénients à souligner

En dépit de ses nombreux atouts, le régime de l’auto-entrepreneuriat connaît des limites. En effet, il est réservé aux petites entreprises, ayant des chiffres d’affaires plafonnés. Par conséquent, ce régime a pour objectif de tester un projet, ou encore de compléter une activité en cours. Cependant, la vente des micro-entreprises s’avère être difficile. Elles n’effectuent pas un bilan comptable et de ce fait, l’acheteur ne peut pas en analyser la rentabilité.

Par ailleurs, le régime de l’auto-entrepreneuriat n’offre pas la possibilité de distinguer les biens personnels de l’entrepreneur. Par conséquent, son patrimoine personnel est engagé. Un auto-entrepreneur a ainsi besoin d’être accompagné, afin d’assurer la bonne gestion et la survie de sa société.

Création d’entreprise : Que faut-il choisir entre SARL et SAS ?
Comment réaliser une étude de marché ?