Créer son entreprise : quelle sont les solutions de financement ?

Le financement d’un projet de création d’entreprise peut être effectué en ayant recours à divers procédés. On distingue, entre autres, les apports en numéraire, les apports en nature ainsi que les apports en compte courant d’associé. Découvrez en détails ces solutions de financement pour vous aider à mettre sur pied votre projet.

Les apports en numéraire

Parmi les solutions de financement d’une création d’entreprise, les apports en numéraire coïncident aux apports d’argent que les associés opèrent à une société. Selon la forme juridique de la firme, les méthodes de libération sont divergentes. Dans les SNC, aucune disposition réglementaire n’est imaginée à ce sujet. Il revient aux actionnaires d’établir les méthodes de libération des apports en numéraire. Dans les SARL, 1/5 au moins des apports en numéraire doit être débloqué dès la constitution et, le cas échéant, le solde dans les cinq (05) ans. Enfin, dans les sociétés par actions, au moins la moitié des apports en numéraire doit être débloquée dès la constitution et, le cas échéant, le solde dans les cinq (05 ans). Chez les entreprises individuelles, il s’agit d’apports de l’exploitant. Il existe également d’autres solutions de financement pour les entreprises, dont les apports en nature et les apports en compte courant d’associé.

Les apports en nature

Les apports en nature figurent donc aussi parmi les solutions de financement d’une création d’entreprise. Ils correspondent à tous les quotes-parts de biens, hormis ceux d’argent réalisés à une société. Les apporteurs reçoivent, en revanche, des titres de la société. Chacun des apports en nature doit faire l’objet d’une estimation et quelquefois, l’intervention d’un commissaire aux apports est nécessaire. C’est aussi le cas dans les SARL, lorsqu’un bien possède une valeur supérieure à 30 000 € ou lorsque la totalité des apports en nature représente plus de la moitié du capital social. En SNC, les actionnaires n’ont aucun devoir de faire estimer les apports en nature par un commissaire aux apports. L’estimation de chacun des apports en nature est capitale.

Les apports en compte courant d’associé

Cette solution de financement consiste à apporter de l’argent à une firme, mais qui n’entre pas dans la formation du capital social. Elle constitue, pour un actionnaire ou un associé, une deuxième possibilité d’apporter du cash à la firme. Pour la réaliser, l’associé d’une SARL doit disposer d’au moins 5 % du capital social de la firme. L’associé de SAS, lui aussi, doit disposer d’au moins 5% du capital social de la firme. Le concept d’apports en compte courant d’associé n’a lieu que dans le cadre des sociétés. Ainsi, pour votre projet de création d’entreprise, vous avez parmi les diverses solutions de financement les apports en compte courant d’associé.

Le crowdfunding pour entreprise : comment ça marche ?
Comment choisir une bonne banque pour un auto entrepreneur ?