Création d’entreprise : Que faut-il choisir entre SARL et SAS ?

Créer son entreprise est un projet très promettant pour entrer dans le monde du professionnalisme. Cependant, il est essentiel de connaître les diverses cagoteries de type d’entreprise selon la loi. La création d’une société nécessite la connaissance de certaines bases, à savoir le statut juridique de l’enseigne. Lequel choisir ? Quels sont les points communs et les différences entre SARL et SAS ?

SAS et SARL : c’est quoi ?

Avant de créer son entreprise, un entrepreneur doit savoir distinguer un statut juridique d’un autre. La SARL ou société par action simplifiée désigne une forme juridique assez souple. Les règles liées au fonctionnement de l’enseigne sont caractérisées par une grande liberté des associés. Ces derniers fixent également le capital. Les apports peuvent être en numéraire ou en nature. Une SAS est créée par 2 actionnaires au minimum. Il peut s’agir de personnes physiques ou morales. La responsabilité de chaque actionnaire est limitée à son apport. La rédaction des statuts est obligatoire pour la bonne gestion de la société. Les règles de direction sont fixées par les fondateurs ou les actionnaires majoritaires de ladite entreprise nouvellement crée. La SARL ou société à responsabilité limitée, quant à elle permet à plusieurs dirigeants d’entreprendre ensemble. Cette société passe partout peut réunir plusieurs activités. La responsabilité des associés est limitée aux apports. Le dirigeant bénéficie d’une couverture sociale des salariés.

Les fonctionnements d’une SAS et d’une SARL

Créer son entreprise nécessite également la compréhension de la société choisie. Une SAS doit payer ses impôts. Les dirigeants, à savoir le directeur général et le président reçoivent une rémunération. Ils sont soumis à l’impôt sur le revenu pour les salaires. Le président est un salarié. Il bénéficie du régime de retraite des salariés et de la protection sociale. Certaines conditions sont par contre prises en compte quant à son assurance chômage. Une SAS est immatriculée auprès du registre du commerce et des sociétés ou RCS. Le fonctionnement d’une SARL est plus ou moins formaliste. Une SARL réunit au moins 2 associés, mais elle peut disposer d’une centaine d’associés, qu’il s’agisse de personnes physiques ou morales. Les associés fixent librement le montant du capital (en nature ou en numéraire). Seules les personnes physiques (une seule personne ou plusieurs gérants) peuvent diriger une SARL. Les associés sont soumis à une assemblée générale classique chaque année. La SARL peut employer plus de 50 salariés.

Les avantages d’une SAS et d’une SARL

L’avantage principal d’une SAS est l’absence de capital social minimum. Même un capital symbolique vous permet de créer une SAS. Les statuts de la société déterminent plusieurs éléments dont les règles d’organisation et les modes de rémunération. Entre autres, les modes d’entrée et de sortie des associés sont décidés de manière libre. Pour la SARL, les associés sont uniquement responsables du capital qu’ils ont apporté. C’est la responsabilité limitée. Une SARL a le droit d’augmenter son capital et ses associés. Elle peut également diminuer ses associés. Quelles sont donc les démarches à faire pour créer son entreprise ?

Comment réaliser une étude de marché ?
Start-up : quels sont les avantages de ce statut ?